Coutelle et Lioret unis face au délit de solidarité NR 21-05-09

Présent hier soir à Poitiers, le réalisateur de “Welcome” Philippe Lioret monte au créneau et dénonce l’inertie des pouvoirs publics.

Philippe Lioret a la rage. “Depuis trois ans, je passe vingt heures par jour avec eux, même dans mon sommeil. Quand je vois ce qui se passe à l’Assemblée après ça, c’est une honte absolue, digne d’une république bananière.” Eux, ce sont les bénévoles dévoués à la cause des migrants qui s’arrêtent à Calais. Le réalisateur en a fait un film, “Welcome”, sorti sur les écrans en mars dernier.

L’Europe plus souple

Au côté de Catherine Coutelle, députée socialiste qui a défendu une proposition de loi visant à supprimer le délit de solidarité (1), celui qui a dirigé Vincent Lindon sur les bords de la Manche monte au créneau : “L’article L622-1 prévoit actuellement cinq ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende pour une personne qui aide un migrant ! Le jour où elle devait être discutée, seuls deux députés de droite étaient là. Il n’y a pas eu de débat. C’est une démocratie de fantoches ! Ça m’a mis hors de moi !”
Blessé par l’absence d’effervescence dans l’hémicycle, Philippe Lioret pointe certaines “incohérences”. “On nous dit que, de toute façon, cet article n’est pas utilisé. Alors, pourquoi ne pas le supprimer ? Pourquoi poursuivre des membres d’associations dès qu’ils aident les réfugiés ? On devrait plutôt leur donner la Légion d’honneur, non ?” Référence à des bénévoles des “Restos du cœur”, de “Terre d’errance” et d’Emmaüs, régulièrement interpellés depuis 2007. Et à l’amalgame fait entre bénévoles et réseaux clandestins organisés.
Catherine Coutelle insiste, elle, sur une législation “plus souple” au niveau européen. Législation que les pouvoirs publics français ont volontairement durcie en 2003, dans le cadre de la “maîtrise de l’immigration”.
Au terme d’une tournée provinciale de promotion, Philippe Lioret pose cette question : “Si plus aucune association ne s’occupe des 800 gamins qui attendent là-bas et que personne ne leur donne à manger, que se passera-t-il ? Calais sera à feu et à sang. C’est un problème qu’il faut vite régler avec les Anglais.”

(1) Article L622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile : “Toute personne qui aurait, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d’un étranger en France risque cinq ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.”

Mario Raulin

Lien Permanent pour cet article : https://antirep86.fr/2009/05/21/coutelle-et-lioret-unis-face-au-delit-de-solidarite-nr-21-05-09/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*