Hortefeux « regrette l’attitude non coopérative » de la ville de Poitiers Le Point 16-10-09

VIOLENCES URBAINES (le 16/10/2009)

Hortefeux « regrette l’attitude non coopérative » de la ville de Poitiers

Le 10 octobre à Poitiers, 250 casseurs cassent vitrines et Abribus à coups de marteau © AFP PHOTOS.

Le 10 octobre à Poitiers, 250 casseurs cassent vitrines et Abribus à coups de marteau © AFP PHOTOS.

Par AFP

Une semaine après les violences survenues à Poitiers en marge d’une manifestation culturelle, Brice Hortefeux accuse le député-maire de la ville de n’avoir pas tout mis en oeuvre pour empêcher les dérives. Dans une lettre adressée à l’élu socialiste, le ministre de l’Intérieur dit regretter « l’attitude non coopérative » de la ville et sa « fin de non recevoir » à l’aide sollicitée par les services de renseignement deux jours avant la manifestation violente du week-end . Dans ce courrier daté de mercredi et dont l’Agence France-Presse a eu connaissance vendredi, le ministre rappelle au maire PS Alain Claeys que « les renseignements transmis faisaient état d’un rassemblement, le dimanche 11 octobre, d’une cinquantaine d’individus susceptibles de troubler l’ordre public ».

Alors « qu’à ce titre, une force de renfort avait été prévue », poursuit Hortefeux, « le directeur régional du renseignement intérieur s’est adressé deux jours avant la manifestation au délégué à la tranquillité de votre municipalité pour disposer d’un point haut (pour) une observation de l’événement et la réalisation de prises de vue ». Or, regrette le ministre, « son interlocuteur l’a rappelé pour lui opposer une fin de non recevoir, en lui indiquant qu’il agissait ainsi « sur instructions du directeur du cabinet du maire ». « Je ne puis que regretter cette attitude non coopérative, qui n’a pas permis à la police de disposer de l’appui qu’elle (avait) explicitement sollicité », ajoute Brice Hortefeux.

Néanmoins, « face à l’évolution de la situation (…) l’après-midi du samedi, les services de police ont fait preuve de réactivité, de professionnalisme et de courage », estime le ministre dans ce courrier. Il rappelle également qu’il y a eu « une centaine d’interpellations, dix-huit gardes à vue et près d’un millier d’objets saisis en cours d’exploitation par la police technique et scientifique ».

Enfin, il assure prendre « en considération le comportement de plus en plus violent d’une certaine frange de la mouvance d’ultra-gauche » et invite « à nouveau (NDLR Alain Claeys) à (s’)associer à la défense républicaine en (lui) apportant (son) entier soutien au Parlement, notamment lors du vote de la proposition de loi » contre les bandes.

Lien Permanent pour cet article : https://antirep86.fr/2009/10/16/hortefeux-regrette-lattitude-non-cooperative-de-la-ville-de-poitiers-le-point-16-10-09/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*