Revue de presse familles Basques qui ont manifesté devant la prison de Vivonne le 18/09/2010

VIVONNE Deux Etarras en grève de la faim PQR 16/09/2010

lanouvellerepublique.fr/VIVONNE-Deux-Etarras-en-greve-de-la-faim

Deux membres d’ETA, incarcérés à Vivonne, viennent d’entamer un mouvement de grève de la faim, depuis le 3 septembre. Ils dénoncent le traitement qui leur est fait, notamment la “rétention du courrier, des livres et des CD amenés par la famille”. Ces deux Etarras sont soupçonnés d’avoir participé à des opérations qui se sont soldées par la mort de policiers espagnols et français. En juillet dernier, un mouvement avait déjà eu lieu. Les trois participants l’avaient levé.


Les familles de détenus basques manifestent ce matin CP 18/09/2010

lanouvellerepublique.fr/Les-familles-de-detenus-basques-manifestent-ce-matin

Après un premier rassemblement en juillet dernier, un nouveau mouvement des familles, proches et soutiens de prisonniers basques, membres présumés de l’ETA, est prévue ce matin, devant le centre pénitentiaire de Vivonne.
Depuis le 3 et le 9 septembre, quatre détenus basques dont trois “pointures” du mouvement, sont en grève de la faim. Ces deux hommes et deux femmes, soupçonnés d’avoir participé à des fusillades mortelles en France, dénoncent “les violences et humiliations” exercées par les autorités pénitentiaires : fouille dans la bouche, rétention du courrier et des livres, impossibilité de visite le week-end…

Emmanuel COUPAYE


“Des détenus traités comme les autres” CP 18/09/2010

centre-presse.fr/article-125871-des-detenus-traites-comme-les-autres

Pour le directeur du centre pénitentiaire de Vivonne, l’administration applique le règlement et rien que le règlement concernant les prisonniers basques.

“Il n’y a ni violences ni humiliations exercées contre eux. Il n’y a pas de prisonniers politiques en France”, réagit Claude Ramir. “Les visites, en maison d’arrêt, elles sont interdites le week-end pour tout le monde, pas seulement pour eux. La fouille après le parloir, c’est la même règle pour tous. Pour la rétention des livres et des CD, je vais voir si tout est conforme. Au début, c’est vrai, le magistrat instructeur avait réclamé un contrôle de ce qu’ils recevaient.”

Emmanuel COUPAYE


Des Basques manifestent devant la prison de Vivonne NR 19/09/2010

lanouvellerepublique.fr/Des-Basques-manifestent-devant-la-prison-de-Vivonne

Quatre détenus basques de la prison de Vivonne ont entamé une grève de la faim.
Familles et amis leur ont apporté leur soutien hier matin.

Les familles des détenus basques ont déployé des banderoles devant la prison hier matin. - Photo NR

Les familles des détenus basques ont déployé des banderoles devant la prison hier matin. - Photo NR

Une quarantaine de personnes ont manifesté devant le centre pénitentiaire de Vivonne, ce samedi matin, à l’appel d’Etxerat (association des familles des prisonniers basques) et d’Askatasuna (mouvement antirépres- sif), auxquels se sont associés des militants du comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux. Sur leurs banderoles, on pouvait lire les slogans suivants : “Les prisonniers basques au pays basque”, “Non aux traitements indignes”, “900 km pour 45 minutes de visite”.
“Sanctions disciplinaires”
Les militants dénoncent “l’isolement et la dispersion des détenus basques dans les prisons françaises et espagnoles “. Pour illustrer leur propos, ils déploient une carte sur laquelle sont reportés les 91 centres pénitentiaires où sont détenus “les 710 prisonniers politiques basques “dans quatre pays européens : l’Espagne, la France, le Portugal et la Grande-Bretagne. “Dans l’état français, 165 détenus basques sont disséminés dans 34 établissements et une moyenne de 740 km les éloigne du Pays Basque“, expliquent-ils. “Comment voulez-vous que les familles puissent leur rendre visite aussi souvent qu’elles le souhaiteraient ?

Les associations dénoncent également “les fouilles au corps répétés, la rétention pendant plusieurs jours des livres et des CD qui leur sont adressés, les sanctions disciplinaires“, dont feraient l’objet les détenus basques.
En ce qui concerne la prison de Vivonne justement, où quatre détenus basques, soupçonnés d’appartenir à l’organisation armée indépendantiste ETA (deux hommes et deux femmes) ont entamé une grève de la faim, les militants réclament principalement la possibilité pour les familles de rendre visite aux détenus le samedi, ce qui est interdit jusqu’ici. Une demande d’entrevue avec le directeur de la prison a été déposée. “Nous n’avons pas de réponse pour l’instant, expliquent les militants. Si cette discussion peut s’ouvrir, nos camarades cesseront leur grève de la faim.” Interrogé la veille par notre rédaction, le directeur de la prison de Vivonne, Claude Ramir, avait expliqué que “les visites en maison d’arrêt sont interdites le week-end pour tout le monde“. Il avait également démenti l’existence d’un traitement différent entre les détenus basques et les autres.

Philippe Bonnet


Le midi pile de France 3 Poitou Charentes

http://info.francetelevisions.fr/video-info/JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_POITOU_CHARENTES_1213
[à partir de 2mn10]

Le 19/20 de France 3 Poitou Charentes

http://info.francetelevisions.fr/video-info/JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_POITOU_CHARENTES_1920
[à partir de 3mn24]

Lien Permanent pour cet article : https://antirep86.fr/2010/09/19/revue-de-presse-familles-basques-qui-ont-manifeste-devant-la-prison-de-vivonne-le-18092010/

(2 commentaires)

  1. Quelle honte, cette violence d’ Etat ! ça s’appelle de la torture!
    diffusons l’info de la grève de la faim des militants basques,
    ça n’est pas cette presse de valets du capital qui le fera!
    Courage on est avec vous!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*