1 an après – Prison de Vivonne : critiques à la chaîne CP 15-10-10

Le 11 octobre 2009, la nouvelle prison recevait ses premiers détenus. Aujourd’hui, elle fait l’unanimité contre elle.

L’ouverture puis l’inauguration voici un an de la nouvelle prison avaient donné lieu à une communication dithyrambique de l’administration. Les résultats ne semblent pas à la hauteur. plavaud

L’ouverture puis l’inauguration voici un an de la nouvelle prison avaient donné lieu à une communication dithyrambique de l’administration. Les résultats ne semblent pas à la hauteur. plavaud

Avocat, membre du conseil de l’Ordre, Emmanuel Breillat se veut mesuré: “La prison de Vivonne ? C’est comme tout. Il y a du positif et du négatif. Le positif, ce sont les conditions de détention, bien meilleures qu’à la Pierre-Levée. Voilà. C’est tout.” S’en suit une litanie de récriminations qu’on serait tenté de nuancer si on ne les retrouvait, identiques à quelques nuances près dans la bouche de Christophe Beaulieu, responsable régional du syndicat FO pénitentiaire, et de Barbara Liaras, représentante de l’Observatoire international des prisons. Et qu’on aurait d’autant plus volontiers nuancées si l’administration pénitentiaire avait répondu à notre demande de rendez-vous avec le directeur de la prison.
“Personne
ne doit
se rencontrer”

Quels sont les principaux reproches adressés au nouvel établissement pénitentiaire? Tout d’abord, et comme on pouvait s’y attendre, son éloignement, qui pose problème aux familles comme aux avocats. Mais aussi son gigantisme. “L’accès aux équipements et aux ateliers est rendu très difficile par le manque de personnel mais aussi par la sectorisation systématique, constate Barbara Liaras. Personne ne doit se rencontrer. On se retrouve avec un gymnase magnifique où on n’accède que par petits groupes !” Même constat côté syndicaliste qui déplore le manque de 14 emplois, selon lui nécessaires pour faire face à des obligations très particulières: pour remplir ses cellules, Vivonne aurait récupéré quelques-uns des détenus les plus difficiles des prisons alentour, ainsi que de nombreux détenus souffrant de graves troubles psychologiques.
Perte d’humanité
Nos trois témoins attestent d’une situation tendue et déplorent la perte d’humanité de la prison poitevine. Selon Christophe Beaulieu, plusieurs surveillants auraient déjà demandé leur mutation. L’avocat et la représentante de l’OIP déplorent la mise en place d’une discipline beaucoup plus stricte que naguère à la Pierre Levée. “Pour un mot plus haut que l’autre, vous vousretrouvez en section disciplinaire, regrette Emmanuel Breillat. Les locaux de la Pierre Levée étaient minables mais il y avait une réelle proximité avec les surveillants”. Barbara Liaras estime que seule la sécurité au coût le plus réduit a compté dans la conception de Vivonne : “Tout ce qui contribue à la préparation de la sortie est réduit à la portion congrue. Ça reflète l’orientation politique du moment”.
Vincent BUCHE

Lien Permanent pour cet article : https://antirep86.fr/2010/10/15/1-an-apres-prison-de-vivonne-critiques-a-la-chaine-cp-15-10-10/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*