Trois-Cités : l’ancien président s’explique NR 24/11/2010

Des précisions sont apportées sur la question du “chantage aux subventions“. Reste plus qu’à corriger la phrase toute faite qui cherche à accréditer la version de la Mairie : “l’un des principaux animateurs du comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux” et d’apporter des précisions sur le “mélange des genres” et sur “l’ingérence de la Ville de Poitiers dans les maisons de quartiers” ( Cf. ICI )

Trois-Cités : l’ancien président s’explique NR 24/11/2010

Lundi 15 novembre, le centre socioculturel des Trois-Cités prenait acte au cours d’un conseil d’administration de la démission de son président, Jean-François Chazerans. Ce dernier, qui est par ailleurs l’un des principaux animateurs du comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, avait projeté d’accueillir le week-end du 13-14 novembre un forum antirépression. La mairie de Poitiers avait alors argué d’une “confusion des genres” et demandé que le forum se tienne dans un autre lieu (lire La NR du 14 novembre). Jean-François Chazerans nous adresse les précisions suivantes : “Je n’ai pas démissionné à cause de cette bien étrange confusion des genres […] mais bien parce que la mairie a relayé auprès de moi un chantage aux subventions d’État. En effet, la mairie m’a fait avertir, d’abord mercredi 3 novembre par l’adjointe chargée des maisons de quartier et élue représentant la ville au conseil d’administration du centre socioculturel des Trois-Cités, qu’il y avait un problème avec la tenue du Forum antirépression dans la salle, place de France. Elle m’a aussi assuré qu’il n’y avait pas (ou plus) de menaces de la part de la préfecture sur les subventions (via le contrat local d’accompagnement à la scolarité) versées par l’État. Puis, le lendemain, une élue m’a prévenu que la préfecture menacerait gravement le centre.”

Subventions sucrées

“D’après elle, selon le directeur de cabinet du maire de Poitiers et le second adjoint aux finances […], si le Forum antirépression des 13 et 14 novembre se tenait dans la salle prêtée par le centre socioculturel, l’État risquait de supprimer les subventions de la maison de quartier, soit après vérification auprès de la direction du centre, quelque 60.000 €. […] Mathias Aggoun (ndlr : le directeur de cabinet) m’a confirmé personnellement au téléphone cette menace, en me précisant que je ne pouvais pas être à la fois président d’une maison de quartier et participant actif du comité antirépression et que le Forum antirépression se tienne dans une salle prêtée par cette maison de quartier. Il m’a proposé de faire le Forum antirépression aux salons de Blossac. […]”

Les explications dans leur ensemble : ICI

Lien Permanent pour cet article : https://antirep86.fr/2010/11/26/trois-cites-lancien-president-sexplique-nr-24112010/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*